La Maison du Fleuve

En sortant du périphérique bordelais, il ne faut guère plus de dix…

En sortant du périphérique bordelais, il ne faut guère plus de dix minutes pour rejoindre la commune de Camblanes et Meynac. Arrivé par la D10, les panneaux en bordure de route indiquent l’établissement, et leur présence est loin d’être superflue. En effet, l’emplacement de la Maison du Fleuve n’est pas en bord de route et on ne passe pas devant par hasard. Après avoir viré à droite suivant la signalisation, dépassé les divers locaux d’une zone artisanale, on pénètre sur un chemin arboré qui débouche sur un parking entourant une petite forêt de bambous. Le véhicule stationné, il est temps d’entrer dans ce lieu, suivez le guide…

 

Un comité d'accueil areptilien (crédit: Yanik)
Un comité d’accueil artistico-reptilien (crédit: Yanik)

Le Polo, plus qu’un sport, un art de vivre

Bénesse–Maremne, à 30 minutes de route de la station balnéaire basque, c’est…

Bénesse–Maremne, à 30 minutes de route de la station balnéaire basque, c’est au milieu des pins de cette commune landaise que s’est déroulée la Coupe Miramar organisée par le Polo Club de Biarritz.

Etalée sur deux jours, la compétition disputée entre huit équipes en provenance des régions Aquitaine et Midi Pyrénées, fût également parsemée de concours collant parfaitement à l’esprit de ce jeu dans lequel le style est presque aussi important que la performance.

Les cavaliers auscitains, finalistes du tournoi (crédit: Yanik)
Les cavaliers auscitains, finalistes du tournoi (crédit: Yanik)

L’Ardoise à Pau

Autant le dire tout de suite, le seul défaut de ce restaurant…

Autant le dire tout de suite, le seul défaut de ce restaurant réside dans son emplacement. Rue déserte et dépourvue de tout commerce, à proximité de la maison d’arrêt, voilà l’environnement « grisaille » où se cache le petit établissement palois. Pour compenser cet aspect négatif, il va falloir assurer aux fourneaux ! Suivez-moi, je pousse la porte…

Dans la coquette salle à l’aménagement sobre, vingt-quatre couverts sont dressés entre quatre murs blancs réchauffés par un mélange décoratif de gris et de bois. Une accueillante jeune femme en robe coquelicot m’installe et me détaille le menu journalier concocté par le chef. Inutile d’aller plus loin, j’adhère totalement aux choix du maestro, il m’en coûtera vingt euros.

Velouté de poireaux (crédit: Yanik)
Velouté de poireaux (crédit: Yanik)