Top 10 du rap français des années 1990

Apparu en France à la fin des années 1980, c’est dans la décennie suivante que le rap s’est définitivement imposé dans le paysage musical hexagonal. Léger ou conscient, jazzy ou hardcore, brut ou littéraire, le hip-hop s’y développe sous toutes ses facettes.

Tu aimes cet article? Merci de le partager 😉

Apparu en France à la fin des années 1980, c’est dans la décennie suivante que le rap s’est définitivement imposé dans le paysage musical hexagonal. Léger ou conscient, jazzy ou hardcore, brut ou littéraire, le hip-hop s’y développe sous toutes ses facettes.  

Présentation du panel de la décade 1990, composée de choix très personnels.

Rapattitude, la 1ère compilation de Rap français, sortie en 1990
Rapattitude, la 1ère compilation de Rap français, sortie en 1990

 

10- EJM « Elément dangereux » (1990)

Présent sur « Rapattitude », la première compilation de rap français, EJM a contribué au phénomène des premières heures. Respect.

 

9- Moda et Dan « Moda et Dan s’ennuient » (1993)

Echappé du Ministère Amer, Moda s’associe à Dan pour livrer ce son sirupeux présent sur la compilation culte « Cool Sessions » sortie la même année.

https://www.youtube.com/watch?v=l628J3FD8sg

 

8- Destroy Man « Début d’une sale histoire » (1992)

Un des précurseurs du rap hardcore nous livre un son épais et aussi sale que l’histoire narrée. Un collector !

 

7- Doc Gyneco « Viens voir le docteur » (1996)

Issu de la mouvance Ministère Amer, Doc Gyneco était l’un des plus grands talents du rap français. Sa « Première consultation » fut un coup de maître jamais égalé dans la suite de sa carrière.    

 

6- Assassin « Sauvons la planète » (1993)

La frange hardcore et consciente du rap français est brillamment représentée par le groupe du 18e arrondissement parisien. Pamphlets contre les travers de nos sociétés, leurs textes sont autant de coups de poings dénonciateurs.

 

5- MC Solaar & Guru « Le bien, le mal » (1993)

Lorsque la moitié du duo Gang Starr décide de mélanger le rap et le jazz dans son projet Jazzmatazz il décide d’inviter le frenchy Claude MC Solaar pour un titre d’anthologie.

  

4- Suprême NTM « Ma Benz » (1998)

Difficile de choisir dans le répertoire des dionysiens, tant celui-ci est truffé de titres cultes. Cette mythique collaboration avec Lord Kossity fait encore (15 ans après) bouger les corps sur les dancefloors !

 

3- Akhenaton « Les bads boys de Marseille » (1996)

Leader du groupe I Am, Akhenaton réalise une échappée solo magistrale avec son album « Métèque et mat ». Sur cette galette figure le mythique titre interprété par la famille hip-hop marseillaise. 

  

2- Fabe « ça fait partie de mon passé » (1995)

Retiré de l’industrie musicale depuis l’an 2000, Fabe a laissé une empreinte indélébile sur le rap français. Sa plume littéraire et ses textes conscients sont toujours une référence pour de nombreux artistes.

 

1- I Am « Petit frère » (1998)

Toujours en activité, les papas marseillais continuent de produire des titres de qualité comme leur dernier single CQFD. Malgré le vaste choix dans leur discographie, « Petit frère » s’est imposé par l’actualité de son propos. Seize ans après, pas un mot n’est à changer.

https://www.youtube.com/watch?v=dWRcAdfQW4A

The following two tabs change content below.
Yanik
Je lis, j'écris, je mange, je découvre, j'observe, je bois, j'analyse, je dors, je rêve... Art, Voyages, Afrique, Pays Basque, Liberté, Justice et Démocratie.

5 comments on “Top 10 du rap français des années 1990Add yours →

  1. Bien d’accord avec toi pour Doc Gynéco. Je n’ai pas de grandes connaissances sur le rap, mais j’apprécie toujours de réécouter du doc Gynéco ou du MC Solaar. Et puis, c’est à la fois assez marrant et troublant de revoir certains clips. Et que dire des tenues ! 😉

    1. Ce retour en arrière est assez marrant sur la forme, cependant on s’aperçoit que les thèmes abordés sont toujours d’actualité. Solaar et Gyneco sont des voix désormais éteintes mais elles ont laissé une marque indélébile sur le hip hop hexagonal. Dommage que le Doc se soit ensuite vautré dans un rôle caricatural. Quel gâchis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *