Vidi, legi, amavi #6

Comme tous les vendredis, je vous livre dans cette chronique mes coups…

Comme tous les vendredis, je vous livre dans cette chronique mes coups de cœur de la semaine. Au menu de cette livraison ; une ballade funky dans le désert du Nevada, une chevauchée planante et du Street Art éphémère.

Bon week-end !

Street Art Requiem

Quand l’artistique s’empare de l’immobilier, de lisses parois gagnent immédiatement en relief.…

Quand l’artistique s’empare de l’immobilier, de lisses parois gagnent immédiatement en relief. Avant sa fermeture définitive, le Carré de Bayonne s’est ainsi vu paré de riches ornements pour l’accompagner vers la postérité. Vous n’étiez pas à cette exposition d’adieux ? Suivez le guide. 

Niark 1 (photo de l'auteur)
Niark 1 (photo de l’auteur)

Festival Russenko, la Russie en partage

Pour la cinquième année consécutive, la ville du Kremlin-Bicêtre organisait le week-end…

Pour la cinquième année consécutive, la ville du Kremlin-Bicêtre organisait le week-end dernier le festival Russenko ; trois soirées et deux journées dédiées aux cultures russes et russophones dans toutes leurs diversités, et sous toutes les formes.

Mettre ce pays à l’honneur dans une commune qui porte en son nom le symbole moscovite du pouvoir étatique, une évidence pourrait-on penser, d’autant plus que la mairie développe activement un accord de coopération avec le district de Dmitrov, situé à soixante kilomètres de la place rouge. Les échanges entre les deux collectivités, dans les domaines du social et du culturel, débouchèrent naturellement sur l’idée d’une manifestation pour rapprocher les deux populations.  Le mot d’ordre est donc lancé ; se découvrir, autour de la diversité culturelle produite aujourd’hui dans la vaste Russie. 

russenko2014-bilan-cp.002

 

L’œil de la rue

  Dans le riche programme des Vibrations Urbaines se déroulant actuellement à…

 

Dans le riche programme des Vibrations Urbaines se déroulant actuellement à Pessac, se niche une exposition collective de jeunes pousses issues de la culture de rue. 

Triée parmi de nombreuses candidatures, la sélection présentée constitue la dernière ligne droite d’un concours national de Street Art lancé en début d’année. Après un premier choix effectué sur dossier, les quinze candidats retenus se sont vus adresser des règles strictes pour la nomination finale. Ainsi, chacun d’entre eux a du s’exprimer dans un cadre identique ; noir et rectangulaire de 70cm par 100cm.

Partant sur un pied d’égalité, les concurrents apposent leur talent dans un même espace, tous ayant à cœur de mettre en valeur leur originalité à l’aide de pinceaux, bombes aérosol, feutres marqueurs (Posca) et autres matériaux divers.

 

Tao "Return of the K7 #C2C#" (Crédit: Yanik)
Tao « Return of the K7 #C2C# » (Crédit: Yanik)