Vidi, legi, amavi #12

Comme tous les vendredis, je vous livre dans cette chronique mes coups de cœur de la semaine. Au menu du jour ; de la musique d’apéritif, une électro-pop claire obscure, et une lumineuse pluie picturale. Bon week-end ! Musique : Werkha « Dusk » Si vous vous apprêtez à déboucher une bouteille de Chardonnay pour célébrer la fin de laRead More

Art in house ; l’immobilier sous les bombes

A Anglet, une villa des années 1950 vit ses derniers jours sous le signe du street art. Investie par une trentaine d’artistes, la maison se voit offrir, avant sa disparition, une sortie sous les feux de la rampe. Un succès artistico-médiatico-populaire baptisé « Art in house ». Inaugurées en France par la galerie Itinerrance avec son projetRead More

Vidi, legi, amavi #3

  Comme tous les vendredis, je vous livre dans cette chronique mes coups de cœur de la semaine. Au menu de cette fournée : une réflexion sur une problématique de société, des invitations (sonores et écrites) au voyage, des installations artistiques d’un nouveau genre et une régalade de mon pays. Bonne dégustation ! Musique : MNDSGN L’artiste californienRead More

Vidi, legi, amavi #2

  C’est désormais le vendredi que j’ai décidé de positionner cette nouvelle rubrique initiée en début de semaine. Au menu de ce deuxième opus : une exposition engagée, de la mythologie chinoise animée, une comédie douce amère, de la pop entraînante et de la musique classique. Bon week-end ! Musique : Shamir A seulement 20 ans, le talentRead More

Isaac Cordal, moments de solitude

Elles sont nombreuses mais pourtant bien seules, les créatures conçues par Isaac Cordal. Mises en scènes au travers de plusieurs installations, elles attendent votre visite pour briser leur solitude, dans les murs de la galerie Space Junk à Bayonne, jusqu’au 04 avril 2015. Fait suffisamment rare pour le souligner, le premier sens sollicité en pénétrantRead More

Rémi Groussin, l’exagérateur d’anomalies

Comme d’habitude dans ce lieu, l’exposition se déroule dans les trois salles du rez-de-chaussée, un parcours en trois temps affichant des pans très variés de la pensée du plasticien.

Le premier regard est accroché par une sculpture en parpaing, une structure en quatre parties, chacune surmontée d’une crête animale. Matériau de construction peu habitué aux musées, le bloc grisâtre trouve ici des honneurs inattendus. C’est bien là que se trouve l’une des clés de la démarche du diplômé des Beaux-arts de Toulouse. La méprise, le lapsus sont au cœur de cette salle dont les œuvres constituent des extrapolations basées sur un point de départ erroné.

Street Art Requiem

Quand l’artistique s’empare de l’immobilier, de lisses parois gagnent immédiatement en relief. Avant sa fermeture définitive, le Carré de Bayonne s’est ainsi vu paré de riches ornements pour l’accompagner vers la postérité. Vous n’étiez pas à cette exposition d’adieux ? Suivez le guide. 

Patricyan, sculptrice d’imaginaires

J’ai découvert l’univers de Patricyan lors de la neuvième édition de Mont de Marsan Sculptures. Au fil du parcours, je pénétrais dans un musée d’histoire naturelle au sein duquel l’artiste investissait tout un étage. Dans un environnement difficile, ses créations animales et autres curiosités dynamisaient les bêtes taxidermisées et composaient une atmosphère fascinante.