Pourquoi accepter la restitution d’œuvres d’art au Bénin?

La demande de restitution d’œuvres d’art du Bénin a été rejetée. Pourtant la France a intérêt à rendre les trésors acquis pendant la colonisation.

Tu aimes cet article? Merci de le partager 😉

Quand le Bénin demande la restitution d’œuvres d’art pillées pendant la colonisation, la réponse est négative. Rendre un trésor de guerre, pas question répond la France. Pourtant cette restitution est non seulement possible mais aussi et surtout souhaitable, tant pour le Bénin que pour la France.

Statue royale « homme requin » © Myrabella
Une restitution possible

Pour argumenter ce refus, le ministère des affaires étrangères s’appuie sur le droit. En effet, les biens du domaine public de l’Etat Français sont soumis au principe d’inaliénabilité. C’est-à-dire que ces biens ne peuvent être ni cédés, ni vendus ou saisis.   Pourtant, des précédents existent dans l’histoire, en France et ailleurs dans le monde. Les revendications d’Etats sont multiples. Certes, la Grèce réclame en vain au Royaume-Uni la frise du Parthénon depuis plus de deux siècles. Le Nigeria a partiellement obtenu gain de cause pour la restitution de deux bronzes par la Grande-Bretagne. Quant à l’Ethiopie, elle a pu réinstaller l’obélisque d’Axoum emporté par Mussolini en 1939.

Obélisque d’Axoum revenu sur son lieu d’origine © UNESCO

De même, la France a déjà rendu des biens précieux à leurs pays d’origine. Notamment à la Nouvelle-Zélande à qui elle remettaient en 2012 une douzaine de têtes sacrées maories. La rétrocession de ces visages tatoués a pu être légalement possible car elle entrait dans un autre cadre juridique, celui d’une convention internationale sur les restes humains.

Néanmoins, un autre précédent est constitué par le retour à la Corée du Sud de manuscrits anciens en 2010. On s’est alors accommodés du principe d’inaliénabilité par une pirouette déguisant l’opération en prêt. Sans aucune obligation de retour bien entendu. Comme quoi, quand on veut, on peut. Alors pourquoi ce rejet de la requête du gouvernement du Bénin ?

© BNF
Réparer une injustice

Les objets réclamés par le Bénin constituent le butin de guerre emporté par le Général Dodds lors du pillage du palais du roi Behanzin en 1892.  On argumente aujourd’hui par le droit, le refus de rendre des biens accaparés lors d’un pillage. Or, cette justification apparaît immorale au regard de l’origine de ces biens mal acquis. Se réfugier derrière une réponse juridique est malvenu quand il s’agit de trésors clairement volés.  La moralité exigerait donc une réponse plus adaptée. Rendre ce butin (entre 5 et 6000 objets inventoriés) ne vient pas réparer les méfaits de la colonisation, mais rendre une forme de justice sur un fait précis.

Trône royal parmi les biens demandés © Musée Quai Branly

Le pays des Droits de l’Homme ne peut pas se dissimuler derrière un principe juridique qui va à l’encontre de valeurs universalistes. Surtout quand ce refus entraîne la colère des opinions publiques, outrées par un tel mépris. A ce titre la réaction de l’homme d’affaires et collectionneur d’art Sindika Dokolo illustre bien ce sentiment. Il qualifie cette fin de non-recevoir, d’insulte aux peuples africains.

 

Réappropriation de l’histoire

Les biens revendiqués sont de grande valeur. Leur valeur vénale sur le marché de l’art est immense. Leur valeur historique l’est encore plus. Parmi eux, des bijoux, des sceptres, les portes du palais, un trône royal… Autant de fragments de leur histoire dont sont privés les béninois. Ces racines arrachées par le grappin de la colonisation ne peuvent être qu’à l’endroit qu’elles n’auraient jamais dû quitter. « L’homme africain n’est pas rentré dans l’histoire » clamait haut et fort Nicolas Sarkozy en 2007 à Dakar. Priver les africains des liens qui les rattachent à leur passé a certainement contribué à une telle croyance plus que contestable et contestée.

Une des portes du pAlais pillées © Musée Quai Branly
La construction d’un Etat passe par la conscience que son peuple forme une nation. Pour cela, l’histoire est primordiale, et son appropriation capitale. L’avenir des pays africains passe par cette étape. La France se doit d’y collaborer en redonnant la pièce du puzzle qu’elle possède.

Contribuer au développement économique du Bénin

Quand Patrice Talon, le président béninois, lance cette procédure de restitution, il ne le fait pas que pour la symbolique. Outre le courage nécessaire à une telle action, la demande est aussi guidée par une vraie stratégie de développement. En effet, le processus s’inscrit dans un cadre beaucoup plus large de réforme de l’offre culturelle et touristique du Bénin. L’Afrique en général n’attire pas les voyageurs. Ce patrimoine récupéré et exposé pourrait servir d’appel pour un tourisme mémoriel, culturel et artistique et ainsi compléter les atouts naturels du pays.

quelque part au Bénin © tpsdave

Au Bénin, il n’y a pas de pétrole et le gouvernement a l’intelligence de miser sur le tourisme. Ce secteur de l’économie représente déjà 2.5% du PIB, faisant du pays la première destination touristique d’Afrique de l’Ouest avec 230.000 visiteurs en 2013. Diversifier l’économie d’un pays est nécessaire et le développement des services indispensable. Collaborer à cette politique ne demande pas à la France de faire un chèque, mais juste de rendre ce qu’elle n’aurait jamais dû posséder. Un si léger effort pouvant entraîner des conséquences politique et économique au Bénin, et diplomatique en Afrique, en faveur de la France.

 

Redorer le blason de la France sur la scène internationale

En cédant à la pression, la France craint d’ouvrir la boite de Pandore. Parce que le Bénin n’est certainement que le premier d’une longue liste. Devant ce mouvement à venir, irrémédiable et irréversible, l’attitude rétive de la France ne sera pas pour la servir. Mieux vaut s’y préparer. Car au-delà de la considération des désirs des peuples et de l’opinion publique, la France pourrait aussi profiter de l’occasion pour redorer son blason sur un continent où elle perd continuellement de l’influence.

Le 30/03/2017 les Ministres des Affaires Etrangères du Bénin et de la France se rencontraient à Paris © MAE

Les relations diplomatiques ne sont pas toujours au beau fixe avec nombre de pays du continent. Le poids de la colonisation et les sombres pratiques de la Françafrique n’y sont pas pour rien. Alors que l’influence hexagonale s’amenuise sur le plan économique, il reste un terrain sur lequel la France dispose d’un avantage : la culture. Elle dispose en effet d’un élément culturel commun avec ses anciennes colonies : la langue. Pour cela, la Francophonie est atout de poids pour user d’une diplomatie douce et conserver un espace non pas de domination, mais d’interactions. Intégrer l’art et la culture au milieu d’un vaste programme basé sur l’idiome commun pourrait s’avérer un pari gagnant. Et quel meilleur argument la France possède-t-elle que ces trésors dont la restitution peut s’avérer enrichissante pour chaque partie ?

Ce qu’elle perçoit aujourd’hui comme une contrainte peut ainsi se transformer en formidable outil de soft power pour une France en perte de vitesse dans son ancien pré carré.

 

The following two tabs change content below.
Yanik
Je lis, j'écris, je mange, je découvre, j'observe, je bois, j'analyse, je dors, je rêve... Art, Voyages, Afrique, Pays Basque, Liberté, Justice et Démocratie.

1 commentaire sur "Pourquoi accepter la restitution d’œuvres d’art au Bénin?"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *