Vidi, legi, amavi #21

Des vibrations picturales en noir et blanc, un beau mariage piano électro, un projet street art d’envergure et un son poisseux du sud-américain.

Tu aimes cet article? Merci de le partager 😉

Avec un léger décalage (Fêtes de Bayonne obligent), ma chronique du vendredi vous est livrée ce samedi avec un programme riche et varié. Au menu de cette semaine: des vibrations picturales en noir et blanc, un beau mariage piano électro, un projet street art d’envergure et un son poisseux du sud-américain. Bon week-end 🙂 

Exposition : Mathieu Chavaren à Anglet

Habituée à nous montrer ses choix au Château de Brindos, la galerie Get Arty nous présente en ce lieu un artiste local au talent indéniable. Visuellement puissantes, les œuvres en noir et blanc du jeune peintre renvoient des vibrations multiples, exerçant sur le spectateur une attraction quasi magnétique. Poésie moderne, littérature ou partition musico-picturale… le pinceau de Mathieu Chavaren entraîne le regard dans une danse tourbillonnante, à expérimenter jusqu’à fin octobre dans le cadre lacustre et raffiné de l’hôtel cinq étoiles.

©Get Arty
©Get Arty

Musique : Grandbrothers

Piano et musique électronique forment un mariage exquis quand ces deux univers sont aussi bien croisés. Le duo Grandbrothers nous le prouve avec brio sur leur album « Dilation », où les notes du clavier flottent sur des boucles et arrangements électro. Je vous mets ci-dessous leur dernier clip mais d’autres titres de l’album vont plus loin dans l’expérimentation (conseil du chef : « Notbrause »).

 

Street Art : Palmitas Project

Dans la ville de Pachuca, à 94 km de Mexico, un groupe de graffeurs a pu s’en donner à cœur à joie, non pas sur un mur, ni sur une maison ou un bâtiment, mais sur tout un quartier. Plus de 200 maisons de la colline de Palmitas on été recouvertes par le Germen Crew, un collectif d’artistes mexicains dont la mission était de peindre 20 000m² de parois. Le travail est désormais terminé et le résultat ainsi que le « work in progress » sont visibles sur ce lien.

©Germen Crew
©Germen Crew

 

Hip Hop : 2 Chainz « Watch out »

On termine en restant dans la culture street. On passe la frontière direction les USA, d’où le rappeur 2 Chainz vient de livrer un nouveau son. Une pure ambiance « dirty south » à la production musicale dépouillée pour laisser la part belle à une voix au charisme incroyable. A écouter tard, très tard dans la nuit…

The following two tabs change content below.
Yanik
Je lis, j'écris, je mange, je découvre, j'observe, je bois, j'analyse, je dors, je rêve... Art, Voyages, Afrique, Pays Basque, Liberté, Justice et Démocratie.

2 commentaires sur "Vidi, legi, amavi #21"Donnez votre opinion →

  1. Chapeau à ces artistes au talent immense. Votre bel article est très juste dans sa description.Ces œuvres sont vraiment « visuellement puissantes ». Ici à Yaoundé, les artistes manquent de lieux d’expression. C’est sans doute pourquoi, le street art n’est pas très développé. Le travail des rares » graffeurs » que nous avons n’est souvent bien perçu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *