L’autocritique du bodybuilder

Tu aimes cet article? Merci de le partager 😉

« Martial Cherrier : du corps rêvé au corps de rêve ? », ainsi est baptisée l’exposition qui se déroule jusqu’au 29 novembre au Passage Sainte Croix à Nantes. Parcours d’un bodybuilder sur le chemin de la repentance. 

Martial Cherrier "Planche abdominaux"
Martial Cherrier « Planche abdominaux »

Avant de découvrir le travail de Martial Cherrier, je m’attarde dans le patio de cet ancien prieuré bénédictin, transformé en lieu d’expositions et d’échanges. Vieilles pierres et ardoise y cohabitent de bien belle manière avec des charpentes métalliques et du béton brut. Au cœur du centre historique de Nantes, ce pari architectural réussit un parfait mélange entre patrimoine et modernité, un symbole à l’image de toute la ville.

Après l’observation du bâtiment, il est temps de s’intéresser à l’humain, et plus précisément à son enveloppe charnelle, obsession de l’artiste représenté ici. Malingre à l’adolescence, l’apprenti boulanger décide alors de soulever la fonte. Sa pratique intensive de la musculation n’est pas dénuée de réflexion sur ce qu’il considère comme une expression artistique, son corps en étant l’œuvre. Sans marteau ni burin, mais à coups d’haltères et de régimes draconiens, il sculpte et dessine les lignes de sa silhouette, insatiable.

Dans la série « Hérédité », il se met en scène aux côtés de son père et de son fils. On comprend vite que le combat est perdu d’avance. Mince il était, mince il redeviendra. L’anomalie qu’il constitue aujourd’hui dans la lignée familiale s’estompera dans le temps.

Dans ce même esprit, des découpages de culturistes auxquels des ailes de papillons sont accolées rappellent la dimension éphémère de ces créatures.

Martial Cherrier, série  "Mask Therapy" 2012
Martial Cherrier, série « Mask Therapy » 2012

 

La deuxième salle s’avère encore plus critique envers la passion qui anime sa vie. Une installation composée d‘un miroir suspendu à une barre de musculation nous renvoie à notre propre image, au rôle prépondérant de ce qu’elle dégage. Autour de cette interrogation, cachets, gélules et aliments diététiques se retrouvent en photographies ou sur des photomontages, comme autant de sacrifices à subir dans cette quête du Graal.

Lucide sur le statut passager de sa masse, Martial Cherrier nous démontre comment la volonté humaine peut influer sur le cours de la vie…avant que la nature se reprenne ses droits.

 

« Martial Cherrier : du corps rêvé au corps de rêve ? »

Passage Sainte Croix, 9 rue de la Bâclerie, Nantes

Jusqu’au 29/11/2014

Entrée libre  

The following two tabs change content below.
Yanik
Je lis, j'écris, je mange, je découvre, j'observe, je bois, j'analyse, je dors, je rêve... Art, Voyages, Afrique, Pays Basque, Liberté, Justice et Démocratie.

1 commentaire sur "L’autocritique du bodybuilder"Donnez votre opinion →

  1. On aurait voulu voir un peu plus ce corps symbolisant le repentir d’un jeune homme … le culte de la beauté, « a ditadura da beleza » comme le nomme Augusto Cury, est un mal profond au Brésil qui frappe les hommes et les femmes sans discrimination de genre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *