Logroño, à déguster sans modération

Côté culture, l’amateur d’art n’est pas en reste et peut assouvir sa passion dans des endroits comme la Gota de Leche, la Fabrica de Tabacos ou le Musée de la Rioja, tous situés dans le quartier ancien.

Tu aimes cet article? Merci de le partager 😉

Capitale de la région autonome de Rioja, Logroño ne figure pas dans les Top destinations touristiques d’Espagne. Largement méconnue, cette ville mérite pourtant le détour et s’avère une séduisante destination le temps d’un week-end. 

Sur la Gran Viá de Logroño (Yanik)
Sur la Gran Viá de Logroño (Yanik)

On ne vient pas à Logroño par hasard

Région enclavée, la Rioja en général, et sa première cité en particulier, ne sont pas des lieux de passage. Ni sur la route de Madrid, ni sur la route de Barcelone, la plupart des voyageurs qui passent par là ne sont que des pèlerins sur le chemin de Compostelle. Ainsi à l’écart des grandes transhumances du tourisme de masse, il y règne une ambiance préservée de toutes dérives commerciales, dans laquelle le terroir de ce nord espagnol se découvre en toute simplicité.

 

Dés l’arrivée, tout paraît fluide et facile      

Les premiers regards offrent au visiteur un visage moderne. Grands boulevards et hauts immeubles contemporains symbolisent la réussite locale d’une économie dopée par le business vinicole. De façon intuitive, l’automobiliste dévale les artères principales pour déboucher sur les bords de l’Ebre, près desquels se niche, derrière une muraille du XVIe siècle, le quartier historique où bat le cœur de la ville.

Le « casco viejo » regroupe la plupart des joies et points d’intérêts de Logroño. A commencer par ses magnifiques édifices religieux dont le fleuron est sans nul doute la Concatedral Santa Maria de la Redonda. Cette construction impose le respect par sa majestueuse façade baroque et contient en son sein un véritable trésor constitué d’une part par une impressionnante collection sculpturale, et d’autre part (cerise sur le gâteau) par un tableau attribué à Michel-Ange. 

La Concatedral Santa Maria de la Redonda (Yanik)
La Concatedral Santa Maria de la Redonda (Yanik)

 

Le vin, produit phare de la Rioja

Située sur la place du marché, on accède à la Co-cathédrale par la calle Portales. Principale voie du quartier, la vaste rue piétonne s’anime au fur et à mesure que les heures passent. Dés dix -huit heures, les habitants convergent vers ce lieu de vie pour y déguster une glace, boire un verre entre amis ou tout simplement se promener.

Passé l’heure du paseo (ballade), vient l’heure des tapas. On s’écarte alors pour rejoindre des chemins plus étroits où se succèdent les bars à vins. San Agustín, Laurel et San Juan, constituent le trio de rues où il faut être, haut lieu de l’œnologie et de la gastronomie. Du plus traditionnel, au plus moderne, les établissements affichent tous un total dévouement au produit star : le vin de Rioja. Jeune, vieux, rouge ou blanc, le plus célèbre nectar espagnol est représenté dans un éventail de choix qui fait tourner la tête. Tel un enfant dans un magasin de bonbons, mes yeux pétillaient à la vue des centaines de flacons à la dégustation. Les prix sont aussi là pour donner le sourire. En général chaque bar propose une formule incluant un verre de vin et un pincho (tapas élaboré) pour un tarif variant de, un à quatre euros. Un euro pour un vin de l’année, le double avec du Crianza, un peu plus si on s’oriente vers un Reserva. De quoi satisfaire les papilles et supplanter le dîner avec la cuisine de ces mini plats pouvant aller du plus basique au plus élaboré. Sous la fourchette, le cochon est roi. Tout d’abord avec le chorizo omniprésent dans les traditionnelles « patatas a la riojana », mais aussi avec diverses sortes d’abats dont le marché San Blás (a quelques encablures de là) se fait une spécialité. 

Le vin de Rioja se décline aussi en blanc. (Yanik)
Le vin de Rioja se décline aussi en blanc. (Yanik)

 

L’accent sur la culture

Pour la journée, l’essentiel des commerces se concentre sur la Gran Viá bordée de palmiers et parsemée de fontaines. Côté culture, l’amateur d’art n’est pas en reste et peut assouvir sa passion dans des endroits comme la Gota de Leche, la Fabrica de Tabacos ou le Musée de la Rioja, tous situés dans le quartier ancien. A l’extérieur de la ville, il faut se rendre au sein d’une zone industrielle pour trouver l’étonnant Musée Wurth entièrement dédié à la création contemporaine. De quoi occuper sans grande difficulté tout un week-end, si le détour vous tente. 

The following two tabs change content below.
Yanik
Je lis, j'écris, je mange, je découvre, j'observe, je bois, j'analyse, je dors, je rêve... Art, Voyages, Afrique, Pays Basque, Liberté, Justice et Démocratie.

1 commentaire sur "Logroño, à déguster sans modération"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *