Cérès Franco, une collectionneuse au service d’une âme d’artiste

Tu aimes cet article? Merci de le partager 😉

Éclectique et atypique, la collection Cérès Franco est à l’image de son instigatrice. D’origine brésilienne, celle qui arriva en France au crépuscule des années 1950, démarra sa carrière par l’organisation et le commissariat d’expositions avant d’ouvrir son propre établissement parisien. Fonctionnant au coup de cœur, l’ancienne galeriste  de « l’œil de bœuf », s’est constitué un trésor d’art alternatif loin des sentiers battus et officiels.

Une partie de ses acquisitions est actuellement visible (jusqu’au 6 avril 2013) au Centre d’Art Contemporain Raymond Farbos de Mont de Marsan. Ce lieu culturel continue dans la lignée de ses programmations précédentes, retrouvant dans cet évènement plusieurs artistes qui furent à l’honneur dans ce musée lors des derniers mois.

Malgré la diversité de la soixante d’œuvres présentées, la difficulté de composer un accrochage et un parcours cohérent est brillamment contournée par une organisation en trois espaces offrant chacun des aspects et des émotions contrastés.

Une sculpture de Patrick Guallino. En arrière plan deux toiles de Joël Crespin.
Une sculpture de Patrick Guallino. En arrière plan deux toiles de Joël Crespin.

Accueilli par une explosion de couleurs, le visiteur se voit propulsé vers l’art brut et la palette vive de Joël Crespin  dont une magnifique interprétation de la beauté féminine toute en relief. Une peinture sculptée où se mêlent sensibilité et naïveté, voilà qui donne le ton de la visite ! Lors du tour de cette première salle, la gaîté primitive laisse peu à peu place à des univers plus graves ; critique et absurde avec les personnages « boteronds » de Michel Henocq, sombre et torturé sous les pinceaux de Stani Nitkowski, pour terminer sur une inquiétante exploration de la folie signée Marcel Pouget.

 

"Ah! Que les femmes sont belles" Joël Crespin, 1997 (130x195cm)
« Ah! Que les femmes sont belles » Joël Crespin, 1997 (130x195cm)

Le deuxième espace offre à nouveau cette sensation de montagnes russes. Ici encore la couleur répond à la sobriété, l’intrigue fait face à la joie. Les styles et les visions se succèdent, s’entrechoquent et le spectateur passe en un clin d’oeil de l’abstraction (avec une toile de John Christoforou à forte influence Hans Hartung) à la figuration spontanée et éclatante (Chaibia, Corneille) en passant par les notes ultra poétiques de Pepe Donate, et l’expressionnisme inquiétant de Jean Rustin.

"Taureau" Pepe Donate (114x146cm)
« Taureau » Pepe Donate (114x146cm)

 

L’escalade de quelques marches permet d’accéder au dernier volet de ce chemin triptyque. L’ascension est couronnée par l’accueil de Vincent Van Gogh qui attend le grimpeur au travers de deux œuvres, l’une sculptée par Campeau, l’autre imaginée sous les touches d’Abraham Hadad. Des artistes issus des rangs de la figuration libre ferment la marche, en la personne d’Yvon Taillandier (connu par les habitués des lieux) et de Paella Chimicos. Ce dernier est présent au travers de trois œuvres toute en largeur, un format étiré et adapté à ses sujets aux membres élastiques.

 

"La femme idéale" Paella Chimicos (100x200cm)
« La femme idéale » Paella Chimicos (100x200cm)

Rafraîchissante, l’exposition permet d’admirer des univers disparates et rarement mis côte à côte. Tout le talent de Cérès Franco réside dans le pouvoir de faire coexister des auteurs aux origines diverses et aux modes d’expressions diamétralement opposés, tous à la tête d’un imaginaire fort, tous composants de la mosaïque rassemblée par une âme d’artiste.

The following two tabs change content below.
Yanik
Je lis, j'écris, je mange, je découvre, j'observe, je bois, j'analyse, je dors, je rêve... Art, Voyages, Afrique, Pays Basque, Liberté, Justice et Démocratie.

2 comments on “Cérès Franco, une collectionneuse au service d’une âme d’artisteAdd yours →

  1. Bonjour,

    Je viens de découvrir l’article sur l’atelier des médias, et je suis vraiment sous le charme. Dommage que je ne puisse pas aller voir tout çà de plus près moi même, j’espère qu’ils prolongeront au délà du 6 avril.

    Merci pour la découverte

    Grace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *