Tinariwen, le vent du désert souffle sur la côte basque

Tu aimes cet article? Merci de le partager 😉

 

 

 

 

 

 

La nostalgie est un sentiment qui s’exprime merveilleusement en musique, sous diverses formes et dans différentes régions du monde. Si le blues du Mississippi ou le fado lusophone sont ses formes d’expression les plus connues, le désert du Sahara a également produit son propre style nommé Assouf et dont les ambassadeurs sont les membres du groupe Tinariwen.

 

 

Les représentants d’une culture minoritaire

Originaire de Tessalit, dans le nord-est du Mali, cette formation touarègue chante depuis trente ans les émotions ressenties par ceux qui habitent ces terres ensablées ; l’isolement, la solitude, la tristesse, les rêves d’indépendance…

Peu populaires dans leur propre pays, leurs chansons, à l’instar des problèmes vécus par leurs semblables, ne trouvent pas d’écho du coté de la capitale. Fabien Offner, journaliste français installé à Bamako confirme la faible diffusion de ces artistes : « ils sont appréciés en Occident mais très peu écoutés au Mali en dehors des milieux touaregs. On n’entend jamais Tinariwen sur le poste radio d’un taxi bamakois ».

 

Une renommée mondiale

Malgré cette situation, la carrière du groupe connaît à l’aube des années 2000 un envol international. Lors de tournées en Europe, en Amérique du Nord, en Asie, les publics sont séduits par l’univers musical des hommes du désert. Cette ascension médiatique s’est considérablement accélérée ses deux dernières années avec successivement la participation en 2010 au concert de la coupe du monde de football en Afrique du Sud, l’obtention d’un Grammy Award aux Etats-Unis en 2011 et la première partie des Red Hot Chili Peppers au Stade de France en juin 2012.

Haut-parleurs de tout un peuple, leurs paroles étaient annonciatrices de la crise dans laquelle s’est engluée le Mali depuis le début de l’année. Des chansons qui dénonçaient le sentiment d’abandon de ces populations. « Si les gens nous avaient écoutés, ces problèmes-là n’auraient jamais eu lieu » confiait Iyadou (le bassiste) lors d’une interview accordée à Arnaud Contreras.

 

Une première en Pays Basque

En dépit de la période chaotique dans leur région, les membres de Tinariwen continuent leur tournée européenne au sein de laquelle sont programmées huit dates hexagonales au mois de novembre, dont trois en Aquitaine (1). Biarritz fera partie des villes qui auront l’honneur de recevoir les artistes rebelles et de faire découvrir la magie  de leur musique au public basque.  Inutile de comprendre les paroles pour se laisser transporter par les rythmes lancinants des bluesmen du désert et s’offrir une expérience musicale mystique soufflée par les chaudes voix du Ténéré.

 

(1) le 08/11 à Agen, le 11/11 à Biarritz et le 15/11 à Bordeaux

Lien vidéo: Tinariwen sur scène lors de l’été 2011

The following two tabs change content below.
Yanik
Je lis, j'écris, je mange, je découvre, j'observe, je bois, j'analyse, je dors, je rêve... Art, Voyages, Afrique, Pays Basque, Liberté, Justice et Démocratie.

1 commentaire sur "Tinariwen, le vent du désert souffle sur la côte basque"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *